Mort subite du nourrisson
Affiner la recherche

Vous êtes ici

01/06/2017

Comment prévenir la mort subite du nourrisson ?

La mort subite, médicalement appelée « mort inattendue du nourrisson », reste la première cause de mortalité des bébés avant l'âge de un an. Il s'agit du décès brutal dans son sommeil d'un tout-petit jusque-là considéré comme étant en bonne santé. Explications sur ce syndrome et sur les bons réflexes à adopter pour limiter les risques.

Quelles sont les causes de la mort subite du nourrisson ?

Les causes de la mort subite d’un nourrisson restent dans la plupart des cas méconnues, mais des facteurs de risque ont été identifiés.

Certains bébés sont-ils plus à risque de mort subite ?

La mort subite du nourrisson peut toucher un bébé de 0 à 24 mois, mais dans 8 cas sur 10, elle survient avant l'âge de 6 mois.

Certains bébés semblent présenter plus de risques de mort subite que d’autres, notamment parce que l’activité de leur nerf vague - celui qui a en charge de ralentir les battements du cœur - est excessive. Une hypothèse qui reste néanmoins à vérifier.

Infections, maladies, prématurité et petit poids de naissance semblent des facteurs de risque de mort subite du nourrisson. Il en existe un autre, sur lequel les parents peuvent agir : les erreurs portant sur le couchage de Bébé. Une meilleure information des parents devrait donc encore faire chuter le nombre de morts subites du nourrisson, actuellement environ 250 par an en France.

Qu’est-ce qui provoque la mort subite d’un nourrisson ?

Tout ce qui peut favoriser la gêne respiratoire du tout-petit pendant son sommeil est pointé du doigt :

  • dormir sur le ventre au risque de ne plus pouvoir relever la tête du matelas, a fortiori s’il est mou,
  • dormir avec une couette ou un doudou contre lequel il y a également un risque de s’étouffer.

De plus, l’exposition à la fumée de tabac semble augmenter le risque de mort subite. Enfin, une étude récente a soulevé l'hypothèse du rôle d'une mutation génétique qui affecterait les muscles respiratoires.

Prévenir la mort subite du nourrisson : les conseils pratiques

Quelques mesures simples peuvent réduire le risque de mort subite du nourrisson.

Protéger Bébé de la fumée du tabac

Un environnement fumeur est un facteur de risque de mort subite. C'est aussi un facteur de risque d’infections respiratoires, d’otites chroniques et de régurgitations (en diminuant le tonus du sphincter inférieur de l’œsophage). Autant de bonnes raisons pour ne pas fumer en présence des bébés et des enfants. Ni dehors, ni dans la maison. Ça vaut pour les parents, mais aussi pour la nounou ou la mamie qui s’occupe du tout-petit !

Coucher Bébé sur le dos

Coucher Bébé sur le dos, sur un matelas ferme et sans rien qui puisse le gêner durant son sommeil, c’est la règle d’or. Depuis que les pédiatres et les généralistes demandent aux parents de ne plus faire dormir Bébé sur le ventre, la mort subite du nourrisson a reculé de 76 % en l’espace de 20 ans. C’est donc très efficace !

Si le tout-petit doit toujours dormir dans son propre lit, Santé Publique France préconise néanmoins de placer son lit dans la chambre des parents pendant les six premiers mois, afin de mieux le surveiller.

Protéger Bébé de l’étouffement dans son lit

Que ce soit pour dormir la nuit ou pour une simple sieste, Bébé doit être couché sans oreiller, sans couette, ni drap ou couverture - mais avec une gigoteuse ou une turbulette à sa taille pour le couvrir - seul dans son lit à barreaux et dans une pièce non surchauffée (19°C). C’est seulement après l’âge de trois ans qu’il est possible d’utiliser un drap ou une couette.

Attention aux tours de lit : trop épais, ils représentent un danger si Bébé y enfouit sa tête en dormant. De même, le cale-bébé ou la couverture roulée sont à bannir : initialement prévu pour obliger l’enfant à rester couché sur le dos, il devient vite un piège si ce dernier se retourne.

Ne laissez pas vos animaux domestiques pénétrer dans la chambre de Bébé. Il pourrait venir se coucher contre le visage du nourrisson.

Évitez les colliers ou sucettes avec cordelette qui pourraient gêner sa respiration.

Ne pas allonger Bébé immédiatement après son biberon ou sa tétée

Avec ou sans rot, mieux vaut attendre 15 minutes avant d’allonger un tout-petit qui vient de boire son lait, évite qu’il ne régurgite et s’étouffe, alors qu’il est déjà en position allongée.

Bébé régurgite, que faire ?

Si mon bébé régurgite, dois-je consulter ?

  • Oui, si le petit « régurgiteur » dort très mal, n’est pas souriant, a mauvais appétit ou présente une courbe de poids anormale car tous ces éléments sont en faveur d’un reflux gastro-œsophagien à traiter.
  • Non, s’il régurgite juste un peu de lait après sa tétée, sans que cela affecte ni son sommeil, ni son appétit, ni sa croissance : il est normal de régurgiter un peu de lait et c’est même la raison pour laquelle, autrefois, on offrait de jolis bavoirs !

 

Ne plus m’endormir avec Bébé dans mon lit

Avec ses oreillers, ses couettes ou ses couvertures, le lit d’un adulte n’est vraiment pas adapté à Bébé, sans compter qu’à votre contact, il risque d’avoir trop chaud. Que ce soit pour une courte sieste ou une longue nuit, c’est donc chacun dans son lit !

Sources

Association "Naître et Vivre", Santé Publique France

Ameli.fr, Assurance Maladie

Agir
  • Toujours coucher Bébé sur le dos, sans oreiller, ni couette, ni couverture.
  • Après un repas, attendre au moins un quart d’heure avant de coucher Bébé.
  • Ne pas exposer Bébé à la fumée de tabac et aérer régulièrement sa chambre.

Attitude Prévention, la newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

Lectures recommandées

Noël : bien choisir son sapin

Calque 6.png

Calque 49.png

Dangers lors de l'apéritif

Calque 6.png

Calque 49.png

Jouets contrefaits

Calque 6.png

Calque 49.png