Vous êtes ici

20/06/2019

Comment prévenir et gérer le stress ?

Tout le monde est soumis au stress, mais certaines personnes y sont plus sensibles que d'autres. On est aussi plus stressé quand on manque de marge de manœuvre.
Dans la plupart des cas, c'est l'accumulation de petits facteurs de stress qui nous nuit. Alors, comment fonctionne le stress, quels sont ses effets et quelles sont les solutions pour mieux gérer ou limiter son niveau de stress ?

Le stress, de quoi s'agit-il exactement ?

Bon et mauvais stress

Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors sécrétées : l'adrénaline et le cortisol. L'élévation de leur taux dans le sang s'accompagne d'une accélération du rythme cardiaque, d'une augmentation de la fréquence respiratoire et d'une élévation de la pression artérielle. Cette mise en alerte de l'organisme est bénéfique à court terme puisqu'elle permet de mobiliser toutes nos ressources. On sent en pleine possession de ses moyens.
Mais si les situations stressantes s'enchaînent sans phase de récupération, c'est là que les ennuis commencent et que le mauvais stress arrive, celui qui nous donne le sentiment de perdre le contrôle de ce qui nous arrive.

Qu’est-ce qu’on risque à trop stresser ?

La recherche n’a pas fini d’explorer toutes les conséquences du stress chronique, mais on sait de façon sûre qu’il a des effets sur nos comportements, nos relations aux autres et que c’est un facteur de risque pour beaucoup de maladies (anxiété généralisée, dépression, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, par exemple). De plus, le stress pousse à adopter des comportements dangereux pour la santé, comme fumer ou boire trop d’alcool.

Comment repérer les premiers signes du stress ?

Être à l’écoute de son corps

Un stress chronique finit par retentir sur l’organisme, parfois sous forme de douleurs (maux de ventre, céphalées de tension, douleurs articulaires et musculaires), parfois en aggravant une affection existante comme un asthme, un eczéma, un psoriasis ou une hypertension artérielle.

Être à l’écoute de son psychisme

L’excès de stress finit aussi par provoquer des troubles de l’humeur, des troubles du sommeil, des difficultés de concentration, des troubles du comportement alimentaire, une anxiété, voire un syndrome dépressif. C’est donc surtout une certaine instabilité émotionnelle qui doit donner l’alarme.

Être à l’écoute de son cerveau

L’excès de cortisol pourrait bloquer la libre circulation des informations dans le cerveau, d'où des difficultés pour se concentrer et prendre des décisions ou des initiatives. Erreurs et oublis s’en suivent, qui ne font qu’augmenter le niveau de stress : c’est un cercle vicieux !

Comment diminuer son niveau de stress ?

Face au stress, le soutien affectif est essentiel

L’important est de ne pas s’isoler. Il faut trouver du soutien et entretenir des relations positives avec d’autres : proches, collègues, professionnels (santé, services sociaux...). Osez demander de l’aide.

Être acteur de sa vie

Une situation stressante comme un changement de vie, mais voulue ou provoquée, est plus facile à gérer qu’une situation imposée par un tiers. Il est essentiel de distinguer ce sur quoi on a du contrôle de ce que l’on ne contrôle pas. Dans le premier cas, l’enjeu est de trouver les bons plans d’action, dans le second de bien gérer ses émotions.

Avoir ses soupapes « anti-stress »

Puisque l’organisme supporte mal d’être stressé de façon chronique, il faut disposer de nombreux moyens pour diminuer son niveau de stress. Il en existe plusieurs et c’est à chacun de trouver ce qui lui convient le mieux : sport, yoga, relaxation, sorties entre amis, ateliers du rire, pratique d’un art, voyages réguliers, etc. Se faire souvent plaisir, cela aide à mieux relativiser les soucis.

Alcool, cigarette, drogues, médicaments... Attention aux faux amis !
Alcool et cigarettes ont un effet apaisant sur le moment, mais les deux induisent une dépendance et s'accompagnent de risques importants pour la santé, comme les drogues.
L’usage de médicaments ou de compléments alimentaires stimulants ou, au contraire, pour parvenir à dormir doit rester exceptionnel.

Comment mieux résister au stress ?

Respecter les besoins élémentaires de son corps

Un organisme en bonne santé a plus de chances de mieux résister au stress qu’un organisme déjà affaibli. Au programme : une alimentation équilibrée, aucun repas sauté, suffisamment d’heures de sommeil réparateur et une activité physique régulière.

Anticiper les difficultés pour mieux les affronter

Quand on a prévu d’avance que tel problème pourrait survenir et que l’on a déjà réfléchi aux moyens d’y remédier, on est nettement moins stressé quand il se présente. Idem si l’on n’attend pas le dernier moment pour effectuer une tâche : cela laisse de la marge pour se retourner en cas d’obstacle !

Se fixer des priorités

On ne peut pas être bon partout tout le temps. Se fixer des priorités, c’est donc essentiel. Et aménager des creux dans son emploi du temps afin de placer un imprévu sans stress supplémentaire, c’est une bonne idée.

Stress : quand consulter ?

  • Si j’ai des douleurs qui s’installent, ou des troubles du sommeil, des troubles de la concentration, etc., depuis plus de 4 semaines.
  • Si j’ai l’impression de ne plus être maître de ma vie, sans savoir comment je pourrais en reprendre les rênes.
  • Si j’ai l’impression que ça ne finira jamais.

Sources

Dossier « Stress au travail », Institut National de Recherche et de Sécurité

L'association des assureurs français

Attitude Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...