Vous êtes ici

13/09/2017

Comment intégrer le sport dans la vie de ses enfants ?

Aujourd'hui, de plus en plus d'enfants mènent une vie sédentaire. Ce manque général d'activité physique peut être à l’origine d’un surpoids, de douleurs de la colonne vertébrale et d’une mauvaise coordination motrice. De plus, les bonnes habitudes se prennent dès l’enfance et il est important que les parents soient là pour favoriser une pratique sportive régulière chez leurs enfants, qui deviendront ainsi des adultes soucieux de leur santé.

Montrez-lui l’exemple en pratiquant au moins un sport !

Pour que vos enfants considèrent les activités sportives comme un élément naturel de la vie quotidienne, mieux vaut en pratiquer une ou plusieurs vous-mêmes. Ainsi, c’est tout naturellement qu’il aura envie d’en faire autant, pas forcément dans les mêmes disciplines que vous, mais avec le même esprit et la même motivation. De plus, des activités physiques à la portée de tous, comme la marche, le vélo ou la natation, pourront vous permettre de lui inculquer de bonnes habitudes.

Le baromètre 2016 d'Attitude Prévention sur le niveau d'Activité Physique ou Sportive (APS) des Français montre que l'activité des enfants est étroitement liée à celle des parents. En effet, le taux de pratique chez les enfants dont le parent exerce lui-même une APS s’élève à 78 %. À l’inverse, il descend à 61 % lorsqu’il ne pratique pas. Le comportement des parents face aux écrans a également une influence non négligeable sur les habitudes des enfants. Ainsi, 79 % des enfants dont le parent passe moins de 2 heures devant les écrans durant le temps de loisir pratiquent un sport (contre 64 % lorsque le parent y passe 2h ou plus).

Faites du sport un rendez-vous régulier

Pour un enfant, pratiquer un sport en club est le meilleur moyen d’avoir une activité physique régulière. Les entraînements et les compétitions viennent rythmer sa vie et lui donnent des points de repère et des objectifs à atteindre.

Pour favoriser cette régularité, l’idéal est que le club sportif soit suffisamment proche de votre domicile pour que l’enfant puisse, lorsqu’il est assez grand, s’y rendre de lui-même, ou pour qu’il soit facile de demander à un voisin de l’accompagner ou d’aller le chercher si vous ne pouvez pas vous libérer.

Choisissez un sport qui motive votre enfant

Dans la pratique d'un activité physique ou sportive, les 2 principales motivations pour l’enfant sont le plaisir / l’amusement pour 79 % et le défoulement / la détente pour 71 %. Des chiffres encourageants puisque le plaisir associé à l’activité physique pendant l’enfance et l’adolescence influence positivement le niveau de pratique du futur adulte. 

En tant que parent, vous pouvez orienter le choix de votre enfant vers une activité adaptée à sa personnalité. Il n’existe pas de conseil universel en la matière et il ne faut pas hésiter à prendre le temps de lui faire essayer plusieurs sports. Quelques pistes :

  • Respectez ses envies : parfois, un enfant choisit un sport parce que son meilleur ami le pratique. Ce n’est peut-être pas ce que vous aviez en tête, mais l’important est qu’il soit actif et qu’il reste motivé.
  • Participez avec lui : que ce soit par une pratique en famille le weekend ou en vacances, ou simplement en vous impliquant dans la vie de son club sportif, montrez-lui que le sport, c’est aussi pour lui une manière d’être avec vous.
  • Ouvrez ses horizons : à côté des sports les plus médiatisés, comme le football ou le tennis, il en existe de nombreux autres, que l’enfant pourrait s’approprier s’il les connaissait. C’est le rôle de ses parents de l’aider à prendre conscience de la richesse de l’offre.
  • Résistez aux idées reçues sur les "sports de garçons" et les "sports de filles". À quelques rares exceptions près, tous les sports sont mixtes. Si le désir de votre enfant est fort et ses capacités physiques appropriées, il faut l’encourager dans la voie qu’il a choisie. Braver les a priori et les sarcasmes représente déjà une victoire.
  • Veillez à ce qu’il ne se sente jamais forcé de pratiquer un sport. S’il paraît logique d’orienter un enfant timide vers un sport collectif, le résultat n’est pas garanti et, face au groupe, l’enfant peut se replier davantage sur lui-même. À l’inverse, un enfant turbulent ne sera pas forcément à son aise dans un sport qui demande une certaine concentration, même s’il a beaucoup d’énergie à y investir.

Veillez à maintenir sa motivation sportive sur le long terme

Il est normal qu’un enfant, au gré de son développement, ait envie de se frotter à plusieurs sports. Ce désir de variété ne doit cependant pas masquer un manque de persévérance face aux efforts à fournir pour progresser. Dans ce cas-là, les parents doivent modérer cette tendance au nomadisme sportif en proposant des ententes à l’amiable (par exemple, "Tu finis au moins le trimestre.") afin de tester encore un peu la discipline.

Les animateurs de clubs sportifs se plaignent régulièrement du fait que les parents disparaissent sitôt l’enfant déposé à l’entrée du club. Cette attitude, outre son impolitesse vis-à-vis des animateurs, donne à l’enfant le sentiment que l’activité sportive n’est là que pour l’occuper pendant que ses parents vaquent à leurs affaires, ce qui ne contribue pas à le garder motivé.

 

L'assurance de vos activités sportives : en savoir plus sur le site de la Fédération Française de l'Assurance

L'association des assureurs français

Attitude Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...