Sport : quelles activités pratiquer pendant la grossesse ?
Affiner la recherche

Vous êtes ici

06/05/2019

Sport : quelles activités pratiquer pendant la grossesse ?

La grossesse n’est pas un frein à la pratique d’une activité sportive, laquelle est d’ailleurs recommandée. Il existe différentes façons de faire de l’exercice tout en prenant soin de son corps et sans craindre de se blesser ou de nuire à Bébé. Panorama des sports conseillés et contre-indiqués.

Pourquoi continuer à faire du sport pendant la grossesse ?

La grossesse modifie l’organisme de la femme d’une manière bénéfique à l’activité physique : sa capacité respiratoire et son débit cardiaque augmentent, sa tension artérielle baisse et les organes bénéficient d’une meilleure circulation sanguine. Ces signes ressemblent à ceux obtenus par un entraînement physique régulier.

Pendant la grossesse, l’activité physique permet notamment de lutter contre la prise de poids, les insomnies, la constipation, les fuites urinaires et les maux de dos. Mais il faut cependant éviter les exercices traumatisants ou à risque de chute.

À quel rythme faire du sport lorsqu’on est enceinte ?

Le programme d'une femme enceinte qui a l’habitude de faire du sport peut être :

  • les deux premiers mois : entraînement quasi normal ;
  • le troisième mois (risque accru de fausse couche) : gymnastique d’entretien très douce ;
  • du quatrième au huitième mois : activité sportive légère ;
  • le neuvième mois : repos.

Les sports autorisés pendant la grossesse

Pendant la grossesse, les activités autorisées sont généralement très douces, liées à la détente, la relaxation et au travail du souffle. La marche, le vélo d’appartement, la natation, la gymnastique douce, le stretching et l’aquagym sont des activités recommandées.

La marche  

La marche constitue un excellent exercice et peut être pratiquée par toutes les futures mamans, même les moins sportives, sans nécessiter d’équipement spécifique. La marche permet d’activer la circulation sanguine et particulièrement celle des jambes. Un bon point pour les femmes enceintes qui souffrent de jambes lourdes. Préférez un terrain stable et peu escarpé afin de ne pas transformer votre marche en randonnée.

La natation et l’aquagym

La natation accroit la capacité cardiaque et est également excellente pour le dos et les articulations. En plus de vous procurer un effet massant sur l’ensemble du corps, l’eau va permettre de moins ressentir la prise de poids pendant l’exécution des mouvements. Ainsi, vous pourrez faire travailler vos muscles en douceur.

Et pour celles qui souhaitent rendre plus ludique leurs séances de piscine, il existe également des cours d’aquagym dédiés aux futures mamans. Pendant ces séances, vous serez encadrée par un professeur qui vous proposera un enchainement de mouvements sur de la musique.

Le yoga

Le yoga est également conseillé pendant la grossesse. Sous sa forme prénatale, il peut constituer une bonne préparation à l’accouchement. Le principe de cette activité est de mélanger détente du corps et de l’esprit afin d’évacuer tout le stress. Pendant votre séance, vous serez encadré par un kiné ou une sage-femme qui vous fera réaliser un enchainement d’exercices et de postures. Cette activité permet aussi de bien travailler son souffle, indispensable pour l’accouchement.

Quelques conseils pour bien pratiquer ces activités

  • Pensez à écouter votre corps et vos besoins.
  • Si des signes de fatigue se font sentir, il est inutile de forcer.
  • Veillez aussi à boire et à manger correctement avant, pendant et après la pratique d’un effort.

Certains signaux d’alarme doivent amener une femme enceinte à cesser immédiatement son activité sportive : saignements vaginaux, douleurs abdominales ou douleurs du bassin. Elle doit alors consulter un médecin le plus tôt possible.

Quels sont les sports contre-indiqués pendant la grossesse ?

Les sports de contact ou les sports collectifs qui peuvent être à l’origine contacts brutaux sont à proscrire, ainsi que la plongée sous-marine et les activités en altitude (au-dessus de 1 600 m).

Les activités sportives qui provoquent des secousses assez fortes ou qui nécessitent des déplacements brusques sont vivement déconseillées : sports de raquette, jogging (à compter du deuxième trimestre), équitation.

Les exercices couchés sur le dos sont contre-indiqués après le quatrième mois de grossesse.

De plus, certaines maladies contre-indiquent formellement l’activité sportive pendant la grossesse :

  • une maladie du cœur ou des poumons,
  • une hypertension artérielle mal contrôlée,
  • tout autre problème fatigant l’organisme.

Enfin, des antécédents de fausse couche spontanée, des saignements utérins, une grossesse multiple ou une ouverture du col de l’utérus contre-indiquent également la pratique du sport. Si un décollement placentaire ou une grossesse extra-utérine sont soupçonnés, toute activité physique est interdite jusqu’au diagnostic définitif.

 

L'assurance de vos activités sportives : en savoir plus sur le site de la Fédération Française de l'Assurance

Sources

« Être enceinte et faire du sport », Assurance Maladie 

Agir
  • Une femme qui s’entraînait régulièrement avant sa grossesse peut continuer à suivre son programme habituel pendant quelques semaines après la conception.
  • Mieux vaut faire réévaluer régulièrement son activité sportive en fonction de la façon dont se déroule sa grossesse.
  • L’activité physique pendant la grossesse n’a aucun effet négatif sur l’accouchement ou sur le poids du bébé à la naissance.

Attitude Prévention, la newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

Lectures recommandées