Êtes-vous dépendant à la cigarette ?
Affiner la recherche

Vous êtes ici

11/09/2018

Êtes-vous dépendant à la cigarette ?

Arrêter de fumer est, pour la plupart d’entre nous, une épreuve difficile. Des échecs répétés sont souvent nécessaires avant d’arriver à se libérer des chaînes du tabagisme. Ces difficultés sont liées aux diverses formes de dépendance au tabac : cigarette qui réveille, cigarette qui détend, cigarette qui accompagne le café, cigarette qui est fidèle quand tout le reste semble s’enfuir. Et vous, quelle est votre forme de dépendance au tabac ?

Qu’est-ce que la dépendance ?

La dépendance, ou addiction, c’est « l’impossibilité répétée de contrôler un comportement et la poursuite de ce comportement malgré la connaissance de ses conséquences négatives ».

On peut être dépendant d’une substance (alcool, tabac, drogues, etc.) ou d’une situation particulière (jeux d’argent ou vidéo, sexe, achats compulsifs, par exemple).

Cette dépendance peut être comportementale (liée à des habitudes), psychologique (destinée à soulager des émotions négatives ou du stress) ou physique (ne pas consommer provoque des symptômes physiques de manque qui sont insupportables)… ou les trois à la fois, ce qui est souvent le cas avec la cigarette.

Chez chaque fumeur, le poids respectif de ces trois dépendances peut varier, avec des conséquences en terme d’arrêt. Par exemple, un fumeur chez qui la dépendance est surtout physique pourra plus facilement arrêter avec l’aide de substituts nicotiniques.

Evaluez votre dépendance tabagique

Le test de Fagerström est le test de référence pour évaluer sa dépendance à la nicotine, qui est la substance addictive du tabac.

Test d'évaluation de Fagerström
Combien de temps après votre réveil fumez-vous votre première cigarette ?
Dans les 5 minutes 3
Entre 6 et 30 minutes 2
Entre 31 et 60 minutes 1
Plus de 60 minutes 0
Trouvez-vous difficile de ne pas fumer dans les endroits où c’est interdit ?
Oui 1
Non 0
À quelle cigarette de la journée vous serait-il le plus difficile de renoncer ?
La première 1
Une autre 0
Combien de cigarettes fumez-vous par jour ?
10 ou moins 0
De 11 à 20 1
De 21 à 30 2
31 ou plus 3
Fumez-vous à un rythme plus soutenu le matin que l’après-midi ?
Oui 1
Non 0
Fumez-vous lorsque vous êtes si malade que vous devez rester au lit presque toute la journée ?
Oui 1
Non 0
Total de vos points  

Score de 0 à 2 :

Très faible dépendance physique à la nicotine. Votre dépendance est surtout comportementale. Des substituts nicotiniques et un accompagnement (médecin généraliste, pharmacien, tabacologue) peuvent vous aider.



Score de 3 à 6 :

Dépendance à la nicotine faible à moyenne. N’hésitez pas à vous faire accompagner.



Score de 7 à 10 :

Dépendance forte à très forte. Un traitement médical et un suivi par un tabacologue sont vivement recommandés.

L’adolescence est-elle une période à risque pour commencer à fumer ?

Les industriels du tabac ont sans cesse besoin de renouveler leur clientèle pour remplacer celle qui disparaît.

À cet égard, les adolescents représentent une cible privilégiée :

  • C’est l’âge de toutes les prises de risque.
  • Un fumeur convainc plus facilement ses amis d’en faire autant.
  • Enfin, fumer à un âge aussi jeune est un facteur de risque de dépendance et donc de fidélité ! La très grande majorité des fumeurs ont commencé à l’adolescence, voire pendant leur enfance.

Connaître sa dépendance pour mieux s’en affranchir

Lorsqu’on souhaite arrêter de fumer, mieux vaut prendre le temps de réfléchir aux diverses facettes de sa dépendance au tabac. Un tabacologue, ou votre médecin généraliste, pourra vous y aider.

En effet, pour mettre toutes les chances de son côté, il est essentiel de bien distinguer l’importance relative de la dépendance physique (que des substituts nicotiniques pourront assez facilement contrôler) et celle des dépendances psychologiques ou comportementales. Pour contrôler ces dernières, un suivi médical ou psychologique serré est souvent nécessaire, ainsi qu’une phase d’apprentissage où les moments plaisants liés à la cigarette devront être réappris, différemment.

Parce que les dépendances psychologiques et comportementales sont coriaces, les personnes qui sont suivies par un professionnel parviennent plus fréquemment à un arrêt durable du tabac.

Agir
  • Avant de consulter votre médecin ou un tabacologue, prenez le temps de faire le point sur les différents aspects de votre dépendance au tabac.
  • N’hésitez pas à avoir recours aux substituts nicotiniques. Éviter le manque physique permet de se concentrer sur la modification de ses comportements.
  • Se faire aider par un professionnel n’a rien de déshonorant. L’addiction au tabac est l’une des pires et mieux vaut se faire aider.

Attitude Prévention, la newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

Lectures recommandées

Noël : bien choisir son sapin

Calque 6.png

Calque 49.png

Dangers lors de l'apéritif

Calque 6.png

Calque 49.png

Jouets contrefaits

Calque 6.png

Calque 49.png