Vous êtes ici

09/09/2016

Secourir une victime de convulsions : les gestes d’urgence !

Assister à une crise de convulsions peut impressionner voire effrayer, mais il est important de garder son calme pour aider la victime. Apprenez à détecter et à réagir face à une crise convulsive !

Reconnaître une crise de convulsions

Une crise de convulsions est une contraction brutale et involontaire d’un ou plusieurs muscles (spasmes musculaires). Elle peut durer de quelques secondes à plusieurs minutes. D’origine souvent neurologique, les crises traduisent une souffrance cérébrale, s’accompagnant d’une perte de connaissance.

Attention à ne pas confondre avec une crise de tétanie (ou spasmophilie) où une victime de tétanie peut contracter ses muscles, plus ou moins volontairement, mais reste consciente.

Les convulsions peuvent être provoquées par différentes causes : épilepsie, atteinte au cerveau (manque d’oxygène), hypoglycémie sévère (manque de sucre), hypokaliémie (manque de potassium), traumatisme cérébral (chute), accident vasculaire cérébral, méningite, …

Chez l’enfant, les crises convulsives sont plus fréquentes, notamment entre 6 mois et 5 ans, et souvent liées à la fièvre. Lors d’une crise, l’enfant pâlit, se raidit, ses yeux se révulsent et subit des secousses musculaires sur tout ou partie du corps. A la fin des secousses, il est nécessaire de laisser l’enfant épuisé dormir. Par contre, si les secousses se prolongent au-delà de 5 minutes, il faut impérativement prévenir les secours d’urgence : le 15 (SAMU) ou le 18 (Pompiers).

Donner les premiers secours face à une crise de convulsions

Pour aider une victime en état de crise convulsive, découvrez les gestes à accomplir en 5 actes :

Acte 1 : laisser la crise se dérouler, en protégeant la victime de tout choc accidentel

Pendant la durée des convulsions, ne pas toucher la victime :

  • Ne pas essayer d’entraver ses mouvements, aussi désordonnés soient-ils
  • Ne pas placer d’objet entre ses dents

Écarter tout objet autour de la victime pour éviter des chocs et des blessures accidentelles. Protéger si possible la victime, notamment sa tête, avec des coussins ou des couvertures.

Acte 2 : vérifier sa respiration avant de la mettre en position latérale de sécurité

A la fin des convulsions, dégager les voies respiratoires de la victime en basculant doucement sa tête vers l’arrière.
Vérifier sa respiration en penchant votre tête au-dessus de la sienne pour sentir son souffle sur votre joue.
Si la victime respire, l’allonger en position latérale de sécurité, à savoir son corps sur le côté, en croisant la jambe du dessus (position de premiers secours).

68-pls.jpg

Acte 3 : rester près de la victime, même à la fin de la crise

Ne pas laisser la victime seule dès la fin de la crise. A son réveil, la victime est très confuse et désorientée : très souvent, elle ne se souvient pas de la crise, peut s’être mordue la langue et s’être urinée sur elle-même.

Acte 4 : en cas de forte fièvre liée aux convulsions

Si la victime de convulsions présente simultanément une forte fièvre, la déshabiller et placer des linges humides sur la tête et sur le ventre.
Si la victime est un enfant, le baigner en maintenant sa tête hors de l’eau, à une température inférieure de 2 degrés à celle de son corps.

Acte 5 : prévenir les secours dans tous les cas de crises convulsives

Quel que soit la crise de convulsions, contacter les premiers secours : Pompiers (le 18) ou SAMU (le 15).
Toute victime de convulsions doit être hospitalisée, d’autant plus s’il s’agit d’une première crise convulsive. Elle peut malheureusement être annonciatrice d’une maladie grave.

Sources

Faculté de médecine de Toulouse – Convulsions de l’enfant

L'association des assureurs français

Attitude Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...