enfants piétons
Affiner la recherche

Vous êtes ici

07/09/2017

La sécurité des enfants piétons

Chaque année, près de 3 000 jeunes piétons sont blessés et une vingtaine décède. Face aux dangers de la route, les parents doivent sensibiliser dès le plus jeune âge l’enfant à la sécurité routière.

Les parents, premiers éducateurs de la sécurité routière des enfants

Être un parent exemplaire pour la sécurité des enfants

Pendant de nombreuses années, l’enfant imite ses parents. C’est pourquoi leur comportement dans la rue et au volant doit être exemplaire.

En 2017, lors des trajets scolaires et périscolaires, 79% des parents ont déclaré avoir eu au moins un comportement imprudent dans la rue en présence de leur enfant. Si 90% des enfants ont déjà identifié un comportement à risque chez leurs parents, la transmission des bons gestes est primordiale et se fait par l'exemple. 45% des enfants dont le parent a déjà traversé en dehors des passages protégés pensent qu'il leur arrivera de le faire en présence de leur enfant.

Pour traverser la rue, expliquez à l’enfant les règles de sécurité routière :

  • Aller sur un passage piéton. S’il n’y en a pas, lui montrer comment choisir un lieu avec une bonne visibilité des deux côtés et où il sera visible.
  • Être aussi vigilant sur les passages pour piétons qu’en dehors.
  • Regarder à gauche et à droite puis encore à gauche avant de s’engager sur la chaussée pour voir si des véhicules arrivent.
  • Vérifier, s’il y a des feux, que le bonhomme est vert et que tous les véhicules soient à l'arrêt avant de s’engager.
  • Traverser en marchant, et surtout pas en courant pour ne pas risquer de tomber sur la chaussée.

Multiplier les déplacements à pied pour éduquer l'enfant piéton à la sécurité routière

  • Lui montrer la différence entre les espaces de jeu et ceux réservés à la circulation.
  • Lui apprendre à marcher sur le trottoir du côté des maisons.
  • Lui demander de détecter de potentiels dangers de la route : sorties de garage, travaux, tombée de la nuit, pluie, neige…
  • Lui donner des conseils concrets en lui expliquant bien les raisons.
  • Se laisser guider pour se rendre compte des points à approfondir chez l’enfant.

La sécurité des enfants piétons passe par un apprentissage dès le plus jeune âge

Attention ! Être capable de circuler seul n’est pas qu’une question d’âge

Pour sa sécurité comme piéton, un enfant ne devra circuler seul à la seule condition d’avoir la certitude qu’il comprend les dangers de la route et sache réagir correctement.

Le risque d’accident est maximum au moment de la prise d’autonomie, lors de l’entrée au collège. C’est pourquoi l’éducation routière doit commencer dès le plus jeune âge dans la rue, au quotidien.

Le rôle des parents est crucial dans cette préparation à l’autonomie. La sur-protection est inutile, mieux vaut donc adopter une pédagogie permanente et évolutive selon la maturité de l’enfant.

Dès trois ans, même si l’enfant est trop jeune pour effectuer seul un trajet, commencer à le sensibiliser à la sécurité routière : savoir marcher sur le trottoir, traverser et repérer les dangers… Lui apprendre à observer tout ce qui se passe dans la rue.

Vers 7 ans, l’enfant sait marcher sans tenir la main, mais cela ne signifie pas qu'il peut se déplacer seul en permanence. Deux règles sont à instaurer : tenir la main du parent pour traverser et toujours se placer du côté des maisons.

Vers 8 ans, l'enfant connaît et anticipe les dangers de la route. Il peut commencer à circuler seul, à deux conditions :

  • Le trajet doit être court et simple : un minimum de traversées, de sorties de garage…
  • L'enfant doit avoir appris à maîtriser le trajet à effectuer seul : avoir déjà repéré et parcouru ce trajet plusieurs fois avec un adulte qui lui aura identifier les dangers de l'itinéraire.

Sécurité du piéton : l’enfant est plus vulnérable face aux dangers de la route

Les enfants n’ont pas la même expérience de la circulation que les adultes et n’ont pas les mêmes capacités : difficulté à repérer l’origine des sons, à évaluer les distances et la vitese,et à se concentrer sur une seule chose à la fois, panorama visuel limité, sans compter la difficulté des autres usagers de la route de le voir en raison de sa petite taille.

Jusqu’à 6/7 ans, un enfant ne peut faire qu’une seule chose à la fois : s’il veut rejoindre ses copains de l’autre côté de la rue, il ne pensera qu’à cela et non à regarder avant de traverser.

A partir de 7/8 ans, il commence à pouvoir tenir compte de plusieurs informations à la fois.

Vers 11/12 ans, il est vraiment capable de prévoir l’évolution des situations et d’anticiper.

 

Aller plus loin :

Agir

Se rendre visible la nuit

  • Préférer les vêtements de couleurs claires
  • Privilégier des vêtements et chaussures équipés d’éléments rétro-réfléchissants dès leur fabrication. Pour les enfants, choisir un cartable avec des bandes rétro-réfléchissantes sur les bretelles, les côtés et le dos du sac pour que l’enfant soit visible sous tous les angles.
  • Apprendre à l’enfant à marcher le plus loin possible de la chaussée : s’il n’y a ni trottoir ni accotement, marcher sur le côté gauche de la chaussée pour bien voir les véhicules arrivant en face

Tous nos conseils pour un passage à l’heure d’hiver en toute sécurité

Attitude Prévention, la newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

Lectures recommandées

Accident des yeux

Calque 6.png

Calque 49.png

Manger des légumes de saison

Calque 7.png

Calque 47.png

Peut-on prévenir la maladie d’Alzheimer ?

Calque 7.png

Calque 47.png